Couverture

Vidéo-verbalisation en Côte d’Ivoire où en sommes nous ?

Ce projet lancé depuis le lundi 06 septembre 2021, à Abidjan, vise la répression des infractions au code de la route sur toute l’étendue du territoire national entre autres le non-respect des signalisations, le non-respect des vitesses maximales autorisées, la non-régularité des documents du véhicule, le non-respect des normes pour tous les véhicules en circulation et depuis le mois d’avril elle à la capacité et la possibilité de vidéo verbaliser les violations des sens interdit.

Après 10 mois de mise en œuvre de la vidéo-verbalisation, Ibrahima Koné directeur général de Quipux Afrique et du Centre de gestion intégrée a précisé que le nombre d’infractions se situe à 3 millions actuellement. invité de l’évènement [ L’UNBCI Reçoit acte 5 ] de l’Union nationale des blogueurs de Côte d’Ivoire.

Le dispositif déployé dans le grand Abidjan comprend des radars fixes, des radars mobiles embarqués, des véhicules avec les équipes de la Gendarmerie nationale et de la Police nationale  ainsi que des caméras de vidéo-verbalisation situées en priorité sur les axes les plus accidentogènes de la capitale.

Ces caméras radars sont équipées de système de lecture automatique des plaques, de panneaux d’affichage de vitesse, d’équipement de comptage, de classification de véhicules et de relevé de vitesse.

Evoquant les moyens de notification, il a fait savoir qu’il y a des SMS envoyés aux propriétaires des véhicules, une notification électronique principalement pour les entreprises et une notification physique où le contrevenant reçoit la contravention à domicile, comme lors de la phase pilote.

Ils en parlent : Vidéo-verbalisation : Entre 200 et 250 millions Fcfa d’amendes émises chaque mois

L’évolution du projet

En moyenne, nous sommes autour de 200 à 250 millions FCFA par mois», a indiqué M. Koné, précisant que sur ce montant émis, seulement entre 10 à 20% sont collectés. Ce faible niveau de recouvrement, a-t-il justifié, est dû à plusieurs facteurs notamment les vieilles pratiques dont les usagers ont du mal à se défaire.

Ibrahima Koné directeur général de Quipux Afrique

Il faut qu’on explique et qu’on sensibilise les populations. Il ne faut pas jouer avec une contravention. Il peut y avoir un volet judiciaire. Dans les pays développés, on fait attention à ces questions car l’affaire peut aller jusqu’à une comparution avec la saisie de votre compte », a sensibilisé le directeur général.

Ibrahima Koné directeur général de Quipux Afrique

Lire également : Lancement du projet  » Oxygène pour tous « 

Dez billi

Share
Published by
Dez billi

Recent Posts

Huawei P50 Pro : les caractéristiques complets

 Le Huawei P50 Pro est le téléphone plus haut de gamme de la marque. Il…

1 jour ago

Orange ci : l’Orange 5G Lab Abidjan inauguré

Orange Côte d'Ivoire a inauguré ce mardi 20 septembre 2022 son premier espace d'expérimentation et…

2 jours ago

Développement du numérique: la nouvelle Directrice Générale du Groupe Orange reçue par le Premier Ministre Patrich Achi

Abidjan, le 20 septembre 2022 - La nouvelle Directrice Générale du Groupe Orange, Christel Heydemann,…

4 jours ago

ADICOM DAYS 2022 à Abidjan : le sixième rendez-vous de la créativité digitale panafricaine

Après cinq éditions à succès en présentiel et en ligne ayant réuni plus de 2000…

4 jours ago

Bug des appareils photos des iPhone 14 Pro avec Tiktok, Snapchat et Instagram

Des bugs plutôt gênant sur les iPhone 14 Pro et Pro Max. Sur certains modèles reçus,…

5 jours ago

Dynamic Island copié sur un smartphone Xiaomi

Dynamic Island a mis très peu de temps avant d’apparaître sur Android. Une version presque semblable à celle présentée…

5 jours ago

This website uses cookies.